07 56 83 29 88 - Palavas-les-flots marie@explorafee.com

Accueillir ses émotions pour guérir et évoluer

Hello ma Josette,

Si toi-aussi tu es une femme des années 1980, femme jusqu’au bout des seins, alors tu as connu les Destiny Child à l’adolescence et peut-être que comme moi, tu adores la chanson « Emotions » et tu prends pour Beyonce les rares fois où elle passe à la radio.

Mais bref, comme toujours, je m’égare Gérard.

Ce dont je veux te parler aujourd’hui, ce sont de nos émotions.

De comment elles doivent nous guider et de pourquoi il est impératif de les accueillir.

Allez go, c’est parti !

L’ expression « J’accueille » va désormais faire partie de ta vie ! (mais rassure-toi, tu auras le droit de bouder lorsque tu l’emploieras).

Nous sommes sur Terre pour expérimenter la joie. Lorsque la joie nous anime et nous porte dans tous les domaines de notre vie, nous nous sentons extrêmement vivants. Notre âme se régale et nous ressentons pleinement notre raison d’être.

Chaque être humain est donc à la recherche de cette joie mais pour y accéder, il doit être à l’écoute de ses ressentis et de ses émotions. Il doit les vivre pleinement, les bonnes comme les mauvaises.

Et, on est d’accord, c’est la partie la moins cool à vivre.  Nous ne voudrions que vivre des émotions positives. Et pourtant ma Josette, les émotions désagréables sont aussi celles qui vont te permettre de faire de meilleurs choix dans ta vie et de te faire évoluer à vitesse grand V.

 

Nos émotions: outil de guidance et de transformation profonde

Nos émotions: un guide précieux

« Comment je me sens à l’idée de faire cela ? »

est une de mes phrases clef dans la vie. Je la rabâche à ceux que j’accompagne et je l’applique en permanence à mon quotidien.

A chaque fois que je dois faire quelque chose, je me pose cette fameuse question et j’écoute mes émotions. A force de faire cet exercice, je n’ai même plus besoin de me poser la question, je suis en permanence connectée à mes émotions.

Ainsi, si quelque chose me provoque de l’enthousiasme, du plaisir ou de l’excitation, je sais que je peux – plutôt je dois- le faire.

Et c’est assez cool puisque, de tempérament assez foufou, lorsque je suis excitée, je commence à sautiller ou à chanter comme une enfant. Je sais alors que c’est idée, cette collaboration, cette personne rencontrée, ce banana split … est bon pour moi.

A contrario, si je ressens de l’inquiétude, si « je ne le sens pas », si je ressens « que quelque chose cloche à propos de telle personne », si je me sens découragée … Pire, si j’ai mal au ventre ou si des plaques rouges m’apparaissent sur le buste (chose qui m’arrive lorsque je me trouve en face de très basses énergies) …alors là, je sais qu’il faut que je me casses illico prestos.

Je me sens pas bien ? =>> je prends mes clics et mes clacs m’en vais comme Vianney (mais je n’adopte pas sa coupe de cheveux pour autant, dieu m’en garde).

  • lorsque j’ai vu cette coupe de cheveux, j’ai chanté « qui a le droit » de Patrick Bruel parce que oui, la cruauté des coiffeurs est un mal qui persiste

Bref, tu l’auras compris ma Josette, nos émotions sont un guide précieux. Elles nous indiquent ce qui est bon ou mauvais pour nous. Il est donc important de les écouter même lorsque c’est désagréable.

La puissance de l’accueil ou du non accueil de nos émotions

Je l’observe sans cesse lors de mes séances d’hypnose: beaucoup de personnes souhaitent « se débarrasser » de leurs émotions. Elles veulent une séance qui mettent fin à ces émotions désagréables.

Alors, lorsqu’une personne est clairement consciente de ses blessures, a accueilli ses émotions par le passé et souhaite maintenant régler les choses dans l’inconscient (parce que conscientiser les choses n’a pas suffi), la séance va parfaitement agir et la libérer de la cause émotionnelle ancrée.

Par contre, si la personne souhaite juste se sentir apaisée mais n’a pas compris pourquoi elle vivait ce qu’elle vivait, son âme va choisir de la libérer elle lui faisant ressentir les émotions qu’elle réprimait.

Parce que oui – et je le sais, c’est parfois douloureux –

une émotion est faite pout être ressentie.

J’emploie bien le terme « ressentir » et non « souffrir ». Il n’est pas nécessaire de souffrir de quelque chose pour le transcender mais il convient de le ressentir.

Il convient d’accueillir ses émotions, de les reconnaître comme réelles et existantes pour pouvoir s’en libérer.

Imagine une poubelle. Tu peux y mettre des déchets et encore des déchets en refermant sans cesse la couvercle dessus mais même fermée, ta poubelle commencera à sentir mauvais. Ta seule solution sera de prendre ce sac à bras le corps, de le faire remonter à la surface pour aller le jeter aux bac à ordures.

Et bien tes émotions, c’est la même chose. Tu peux les enfouir, les réprimer, les refouler, les combattre ou même attendre quelques jours qu’elles s’en aillent, tu n’en guériras pas pour autant.

Parce que tant qu’on n’a pas compris la leçon, la vie nous envoie sans cesse les mêmes expériences à vivre, les mêmes émotions à éprouver et à transcender … jusqu’à ce que nous acceptions enfin de ressentir ce que nous devons ressentir et mettions de la conscience dessus.

Et plus l’on lutte, plus l’on refoule ses émotions, plus l’on se crée des maladies. Le mal-a-dit. Je le constate sans cesse et toutes mes séances d’hypnose sont bâties sur ce constat, la quasi totalité des maux physiques et maladies ont pour origine des émotions refoulées.  Si le sujet t’intéresse, tu peux lire le fabuleux ouvrage de Jacques Martel : »le dictionnaire des maux et des maladies ».

 

Comment accueillir ses emotions

Tu l’auras compris ma Josette, pour rester en bonne santé et faire plein usage de ton pouvoir créateur, il est essentiel d’accueillir ses émotions et là, je te vois venir en me disant:

« ah oui, mais comment ? ».

Je suis si formidable que j’ai réfléchi à la question et te livre ici des pistes. A toi de voir ce qui résonne le mieux en toi.

Ecrire

Si tout comme moi, tu aimes écrire alors je te conseille vivement l’écriture sous forme de libération. C’est vraiment un outil tout con qui a transformé ma vie.

A chaque fois que je me sens triste, en colère, découragée, que j’ai envie d’insulter quelqu’un (oui, je suis profondément humaine comme toi et parfois l’être humain me dépasse) … je ne me laisse pas submerger par mes émotions. Au contraire, je les laisse s’exprimer pour leur dire ciao (o Bella ciao Bella ciao – oui, j’ai adoré « la casa de papel »).

Je prends donc une feuille et un stylo et je balance tout ce que j’ai sur le coeur, même si c’est moche et même si le contenu fait de moi une personne qui ressemble à une grosse gamine immature.

Car oui, lorsqu’on vide ses émotions, ce n’est pas l’adulte en nous qui parle. C’est notre enfant intérieur.

D’ailleurs, quand nous nous sentons rejetés, abandonnés, trahis ou humiliés (je te parle en détails de ces blessures très prochainement), c’est toujours notre enfant intérieur qui se réveille parce que ses blessures ne sont pas guéries et il nous invite donc à le faire ( à ce propos, l’hypnose est vraiment chouette pour guérir des blessures de notre enfance).

Cet exercice me permet donc de constater si l’émotion forte et désagréable que je ressens est due à une blessure que je dois guérir ou si je ressens cela parce que je dois tout simplement m’écarter de cette situation/personne a priori nocive pour moi (l’émotion est alors juste un indicateur comme expliqué plus haut).

Crier – Frapper – Se défouler

Une autre bonne astuce consiste à faire sortir de son corps l’émotion coincée. Ca peut paraître complètement con mais un jour de grande colère, je t’invite à crier et à frapper dans un coussin toute la colère enfouie en toi. Crois-moi, cela fait un bien fou.

Parce que chaque enfant intérieur qui se reconnecte à sa souffrance a forcément de la colère en lui et cette colère, elle doit sortir. Alors ma Josette, n’aie surtout pas honte d’être en colère. Cela ne fait pas de toi une mauvaise personne. Ce qui serait injuste, c’est de la déverser sur tes amis, conjoints, collègues ou enfants mais sur un coussin, c’est carrément juste et libérateur.

Pleurer

Et très souvent, une fois qu’on a crié, frappé et donc déversé sa colère … on a enfin accès à sa tristesse. Et il n’y a aucune honte non plus à se vider de sa tristesse parce que de la tristesse coincée, ça ne donne jamais rien de bon … Alors n’ayons pas peur de pleurer un bon coup.

Alors, je le sais, il n’est pas facile d’être à l’écoute de ses émotions notamment lorsque l’on a grandi dans une société de morts vivants qui nous pousse à réprimer nos émotions – mêmes positives – depuis notre tendre enfance.

Mais les écouter peut nous permettre d’évoluer, guérir, de mieux nous diriger et de transformer nos vies.

Alors, tu seras sans doute d’accord avec moi ma Josette, je crois que cela vaut terriblement le coup d’essayer.

Et je rajouterais pour mot de la fin cette simple phrase: dans tout cela, peu importent leu émotions qui ressortent, n’oublie pas de t’aimer.

Bisous de moi <3

Praticienne en hypnose & Coach Intuitive

Ma mission est de vous aider à évoluer sur votre chemin personnel et à vous libérer de vos blocages.

Je vous propose, ensemble, de travailler à vous libérer des peurs et des blocages qui sabotent votre vie, vous empêchent de vous réaliser et d’accéder au meilleur.

Ma vision : vous êtes né avec des ailes, apprenez à vous en servir et vous vous envolerez !

 Mon envie : vous voir rayonner dans tous les domaines de votre vie.

Ca pourrait également vous plaire